L'auberge l'Espérance

L'auberge L'Espérance se trouve au Buisson de Cadouin, là où mes arrières grands parents habitaient.

Dans cette auberge, la cuisine y est à la fois conçue à partir de produits régionaux (frois gras, magrets...) et très innovante. Nous avons pu y découvrir les pieds dans l'herbe, du fois gras cuisiné avec du chocolat et du piment.  Cuisine innovante et étonnante, semi gastronomique et bon rapport qualité/prix, cette auberge a tout pour plaire et mérite d'être plus amplement connue ! 

 

BMK Paris-Bamako

Le BMK est une vrai perle venue d'Afrique !

Initiée par mon amie Amélie, j'ai découvert ce lieu magnifique où nous avons pu dégusté un Mafé poulet et un Yassa. En rentrant, j'ai été agréablement surprise par une décoration à la fois empreinte de couleurs africaines et boisées. La salle est disposée en long, c'est assez restreint mais il y a assez de places pour environ 15 personnes. Au bout de la salle se dévoile la cuisine ouverte, ce qui laisse entrer les bonnes odeurs dans la salle en attendant que notre plat arrive.

Nous nous sommes toutes les deux régalées avec respectivement un Mafé et un Yassa, tous les deux au poulet. Les deux plats sont plutôt consistants (surtout pour un soir), mais le serveur n'hésitera pas à vous proposer un doggy bag. Justement, 

Il est tellement agréable de découvrir de tels endroits où la cuisine mériterait de devenir arrogants mais où la simplicité et la gentillesse reprennent le dessus. 

 

 

Le Frank

Le Frank, ce restaurant que l'on voit de l'extérieur en venant de la fondation Louis Vitton est surprenant !

Son décor grandiose, son emplacement (à l'intérieur de la fondation Louis Vitton) et le service laisse imaginer une grande cuisine aux prix inaccessibles. Nous sommes entrés par curiosité, mais en voyant la carte avec un plat "dégustation" à 15euros avec boisson et café, nous n'avons pas hésité à tester ce restaurant dans ce cadre idyllique. 

Pour 15euros, nous avons pu découvrir un velouté de petits pois, un taboulé aux pommes granny smith, un duo maïs/grenade et un plat asperge/oeufs pochés/oignons caramélisés et émulsion de crème de parmesan. Un plat qui allait parfaitement avec la chaleur assommante qui planait sur Paris.